رئيس مجلس الادارة
رئيس التحرير
أخر الاخبار

Investir dans l’éducation

Investir dans l’éducation

ggg

BELFFKIH ABDELHAK 

Doctorant à la FSEJS Tanger

 

Investir dans l’éducation

Personne n’ignore que l’éducation constitue la pierre angulaire de toute politique de développement. Et ainsi le plus grand domaine de confrontation sur l’échelle du progrès des civilisations. Or la problématique de l’appréhension philosophique et politique de la question de l’éducation reste entière au Maroc.

Aujourd’hui, La pensée publique incarne, et plus que jamais,  dans l’imaginaire national, tous les maux et le dysfonctionnement des instituions de l’Etat. Et malgré plus d’un demi-siècle de vie et de travail sur les réformes, il existe encore et toujours une méfiance et un désamour entre les marocains et leur institution mère ‘’ l’école  ‘’.  Oui, quand on observe, dépité, la qualité du débat, les bouffonneries, la rhétorique stérile et grotesque et les combats de coqs entre les responsables du domaine ; vraiment, cela exige qu’on arrête notre esprit pour repenser nos approches d’éducation pour réorganiser ce besoin pour les nécessités de notre peuple.

Depuis quelques années, sous l’effet d’une série de facteurs, parmi lesquels on peut citer la montée en puissance de la technologie destinée aux établissements scolaires ; et sous l’influence et l’impact sérieux du matériel (Téléphone portable, tablette ou écran interactif….), le terme «  Education » a été progressivement abandonné au profit de la notion de «  La technologie de l’information et de la communication » qui a, certes, révolutionné la circulation de l’information et le partage du savoir, mais retient aussi beaucoup de construction étrangère.

Notamment, même si les usages des ces techniques demeurent encore embryonnaires chez nos, les adolescents instruits manifestent un grand engouement à utiliser l’Internet et le téléphone portable dans leur vécu quotidien.

En fait, nul ne peut nier que ces usages sont à l’origine de la naissance d’une « société de l’information et de la connaissance » ; or il faut bien garder à l’esprit que la majorité naviguent sur la Toile mondiale, attirés par les loisirs, les vidéos et films axés sur la violence, la sexualité …De plus, ces jeunes internautes ignorent parfois les dangers ou méfaits que regorgent ces moyens auxquels ils sont exposés, aveuglés certainement par la passion qui les anime. 

Autrement dit, en absence de : contrôle de l’usage de ces piles de données cognitives, l’orientation, le suivie, l’accompagnement et plus précisément d’une vrai éducation ; des risques avérés et potentiels menaceront dangereusement nos jeunes scolarisés, et qui vont susciter par la suite de nombreuses inquiétudes quant à leurs influences sur la santé morale et mentale des esprits immatures. Cet état des choses engendre le plagiat, le fameux copier-coller qui pourrait au tournant conduire les élèves à la paresse, au manque de discernement et de créativité, de perspicacité, et d’éveil de l’esprit.

Toutefois investir dans l’éducation reste purement un choix politique gagnant. Et comme dans toute politique, toute philosophie, toute pensée…  les avis peuvent diverger. Toutefois, pour les problèmes de l’éducation, il y a des questions sur lesquelles la diversité des points de vue est souhaitable et d’autres qui relèvent plutôt des valeurs socioculturelles sur lesquelles un consensus est indispensable.

شارك برأيك وأضف تعليق

جميع الحقوق محفوظة لجريدة آفاق بريس 2018 ©
%d مدونون معجبون بهذه: